journal 1 : house wife

 

ÇA Y EST ! C’est officiel et placardé sur mon passeport je suis une : House wife !

Une house wife  «just» mariée (civilement : obligatoire pour vivre à Dubaï) et de surcroît expatriée (moi qui pas plus tard que la semaine dernière prenais un kit de survie pour traverser la Seine)

Et même si j’ai gagné (au passage) en longueur :

Oui je fais partie de celles qui juxtaposent le nom de l’époux au leur ne supportant pas l’idée de s’amputer de leur patronyme de naissance légué par leur papa chéri, grand, beau et fort…

…j’ai aussi perdu… en autonomie !

En effet, mon téléphone sera dorénavant équipé d’un GPS bancaire…non il ne s’agit pas d’un titre honorant la Grande Prêtresse du Shopping que je suis mais d’un mouchard intégré dans la puce de mon iphone !

… et pas la peine de la jouer amnésique, façon :

« Aujourd’hui ? Non, pas fait grand-chose ! » en arborant un regard vide de celle qui a passé la journée devant une pile de linge à repasser et Stéphane Bern…personne ne vous croira…et surement pas le principal intéressé qui pourra savoir avec autant de précision qu’un trader suit le cour de la bourse où vous étiez et ce que vous avez dépensé…

 Je serai désormais pistée comme une boulette de shit par un chien renifleur….

chaque dépense sera suivie… d’un petit bip sur le portable de mon mari !

Inutile également de se faire passer pour une femme au foyer parfaite qui a passé trois heures à Carrefour pour nourrir les estomacs de sa famille chérie…la manucure/pédicure et le vingtième blouson en cuir apparaitront sur le mobile aussi !

C’est donc allégée de tous mes repères et pourvue d’une toute nouvelle virginité (il n’est jamais trop tard ;) que j’ai décidé de vous décrire ma vie, une vie en immersion totale dans un milieu  plein de règles et de nouveaux codes.

Mon cv sera dorénavant composé : de la  profession de mon mari, de mon lieu d'habitation,  du nombre d'enfant, si je suis titulaire ou non d'une maid (non, il ne s'agit pas d'un nouveau diplôme mais d'une bonne à domicile (ou pas)… payée une misère (ou pas) … ayant laissée famille et enfants dans son pays d'origine…  « mais elles, (m’expliquera-t-on plus tard) elles ont été élevé comme ça » (sic)

                                                                                                                                                            

Ne crachons pas dans la soupe, la « house wife, femme de…. » a aussi des privilèges !

Notamment celui d’avoir un chauffeur !

« Mon mari » qui n’a pas eu le temps de chercher (tant mieux ;)) a pris le premier qu’on lui a recommandé : un pakistanais de 26 ans bardé de muscles !!!

A mon avis, il est autant chauffeur que moi Miss Monde, mais on s’en fiche, il connaît toujours mieux la ville que moi !

Florent cédant à ses prétentions salariales lui a également demandé de me donner en plus des cours de gym !

On n’est pas certain (non plus) qu’il ait des connaissances dans ce domaine, mais bon, on s’en fiche ( bis), c’est toujours plus stimulant de secouer sa masse graisseuse sur un tapis de course quand on a un bel apollon à ses côtés !!!! Quoique ?…

Mais tout ça reste pour l’heure théorique, mes enfants (surtout Corentin, 16 mois)  étant toujours souffrant !

Je ne vous raconte pas les 4 visites en 10 jours chez la pédiatre ( qui est à l’autre bout de la ville ) c’est plus  « Martine à la plage » mais « Coco à une gastro », « Coco a une bronchiolite », « Cherche kiné pour Coco », « Coco a du muguet » …il a même failli s’étrangler avec la chaînette servant à remonter les stores du cabinet,  la pédiatre a hurlé quand elle a vu qu’il devenait tout rouge la tête coincée !!!

Autre bonus : des cours d’anglais !

Comme beaucoup de français, j'ai autant d'aptitude pour les langues, qu'un buffle pour la corde à sauter ou qu'une Eve Angeli pour la philosophie.

Je passais mes cours d'anglais à glousser avec les copines, plus intéressée par la prochaine pelle que je roulerais qu'à me familiariser avec les verbes irréguliers: but now ces interrogations étant derrière moi :

I CAN DO IT !

Être expatriée c’est comme réapprendre à marcher ! Tout est expédition et découverte !

Où faire les courses, où trouver du jambon ( Zélia ne mange que ça, cette enfant doit être croisée avec un cochon !), du pain, je ne vous parle même pas des surgelés !

Les mecs, ils ont construit la plus grande tour du monde et il n'y a même pas un Picard !!!!!

A l'aube de passer chez les quadras, c'est avec le cœur serré et la détermination d'une débutante que je décide de partager avec vous le quotidien d'une expat ordinaire ;)

1 Comment on journal 1 : house wife

  1. clo
    18 janvier 2014 at 22 h 48 min (4 années ago)

    yes yes

    Répondre

Leave a Reply