Journal 15 : Baby sitters!

A la veille des grandes vacances ce n'est plus un jeune marié que j'ai à mes cotés mais une cocotte minute !

 Inutile de retirer le capuchon pour qu' il se mette à tourner en rond et cracher de la fumée, Florent frise le burn out et il est urgent qu' il se repose….complètement.

Croyant dans un premier temps qu' il souffrait d' un wedding blues, je lui ai insufflé quelques idées afin de conquérir un nouvel objectif.
Dans le désordre :

se stretcher le lobe de l' oreille ( je l'ai fait quand j'ai arrêté de fumer), se teindre le pubis en bleu indigo ( je l'aurai fait si j'avais repris la clope!) ou encore se faire tatouer ( de préférence un gros cœur avec Soso for ever !)

Entre deux rictus il me suggère plutôt de trouver une baby sitter pour nos deux semaines de collocation dans le Sud.
Je passe illico des coups de fil aux boulangeries locales en demandant très poliment aux personnes d'écrire l'annonce sous ma dictée et de l 'afficher dans leurs échoppes.
 Dans le même temps j 'appelle l 'Office du tourisme de la ville afin de glisser ma requête sur leur site web.

Quelques jours et deux trois messages hasardeux plus tard, je reçois l' appel d' une certaine Marie très intéressée par ma proposition : à savoir garder 15 jours de 14 à 19 h mes deux adorables enfants !!!

A peine arrivés nous voici à l'Office du tourisme où elle travaille partiellement, pour rencontrer cette demoiselle et lui présenter ce que Florent et moi avons fait de mieux : deux petits êtres frisant la perfection (je me demande de qui ils tiennent le plus ;)


Marie, toute petite vingtaine, blonde décolorée plus par le soleil que les néons du bureau

nous explique très rapidement, calculant à peine nos chefs d' œuvres, que si elle ne pouvait pas faire certains jours plusieurs de ses amies pourraient la remplacer.
Ça nous plaît moyen comme entrée en matière mais n 'ayant pas vraiment le choix nous acceptons l' idée après avoir demandé à rencontrer l 'amie qui viendrait dès le lendemain (oui ça commençait bien)

Elle se pressente à l 'heure de l 'apéro….ah l 'apéro, THE meilleur moment d 'une journée de vacances ! 

Après lui avoir posé deux trois questions pour la forme : 

pas de casier ?… ne se drogue pas sur son lieu de travail ?… est au courant qu' on ne secoue pas les enfants ?

et fait un brief concis : à 14 h jouer avec Zélia, attention l' ipad et les dvd ne comptent pas ( on les garde pour quand ON s'occupera nous même de nos enfants !) vous ce sera plutôt Barbie et cahiers de vacances ( et oui c'est nous qu'on paye !)

Vers 15h30 lorsque Corentin se réveille de sa sieste et que ses parents veulent continuer la leur, le changer et les faire goûter.

Ensuite nous irons tous ensemble ( non pas que nous n' ayons confiance en une jeune fille de 20 ans que nous connaissons depuis un 1\4 d heure…euh en fait si !…. carrément car traverser la nationale reste extrêmement dangereux et que nous préférons jeter un œil sur nos enfants qui ne savent pas nager !)

Parents faignants : OUI, Parents inconscients : NON !

Nous acceptons donc mutuellement nos conditions, elle, notre tarif et notre emploi du temps, nous, de laisser nos enfants avec quelqu'un qui dit « ouais » au lieu de « oui » et qui me demande des pauses clopes ( bon nous sommes en vacances et elle doit me trouver tellement jeune qu 'elle croit que nous sommes entre copines !)

Nous finissons l 'apéro enchantés, moi…. à l'idée de siester dès le lendemain, les hommes …..du casting !

Mais dès les premiers jours je comprends que le repos ne sera pas d' actualité.

En effet, Rosa, plus passionnée par son portable que par la lecture du Passeport n' entend même pas Coco hurler !
Par contre, nous , qui dormons dans la chambre voisine, nous saisissons toutes les nuances sonores du                     

« Maman …MaMAN… MAMAN ! » éructées par un Coco ragaillardi!

Je finis donc par me lever pour le lui apporter terminant ainsi ma sieste rêvée !

Trois jours plus tard c'est très embarrassée que Rosa m' apprend que son départ pour Lyon est avancé….mais qu'il ne faut pas que je m’inquiète, Marie ( la madame Claude du baby sitting) a une amie pour la remplacer…

Nous voyons alors arriver Madeleine,18 ans et déjà très fatiguée !

Après lui en avoir fait la remarque, elle m' avoue fièrement s' être couchée a 8h du mat !
Ça commence très fort et à peine avais je regagné la position horizontale qu' un bruit puissant jaillit des WC…en moins chic, elle gerbait à tout rompre !
Une heure de toilette plus tard elle déclarait forfait et je me retrouvais sans baby sitter…

Pendant ce temps, Rosa se prélassait allègrement sur la plage avec Marie !!!

Mon sang et tout ce que comporte un abdomen d' organes ne firent qu' un tour, je sprintai jusqu'à leurs serviettes et demandai à Rosa si son retour à Lyon s' était bien passé ?!…

Prise la main dans le sac….ou plutôt le cul dans le sable…( pas très futées, il n' y a qu' une plage et elles connaissaient nos habitudes) elle m' explique qu' elle n était pas partie car elle avait perdu son portable…je lui demandai alors si elle attendait qu'il revienne avec ses petits pieds avant de prendre le train?!
S' en suivent des mimiques et roulements d' yeux exaspérés des deux filles face à autant d' incompréhension….et d' intolérance !

Je leur expliquai ma façon de voir les choses lorsque la Marie grommella entre ses dents :

«  Rentre chez toi cocotte ! »

Comment vous dire ?! Étant donné que je suis une expat ( habituée à des situations nouvelles et inédites…gardant un sens de l’adaptation aiguë et un calme olympien)…. je me mis à HURLER afin que toute la plage l'entende :

« Que même si j'avais une apparence extrêmement juvénile et branchée, une attitude cool et décontracte, une intelligence vive, le tout parsemé d'un brin de fantaisie;););)…j'avais quand même le double de son âge et qu'elle me devait me respecter ( autant que mes 40 balais servent à quelque chose, merde!) pour qui elle se prenait ?

Qu'il fallait qu'elle redescende, hein ! ( de quoi ? On ne sait pas ! Elle était déjà à plat sur son fouta!)

Et je suis repartie très fâchée sur mon transat !

5 minutes plus tard, une dame vient me voir pour me dire qu'elle avait entendu ma conversation ( Ah oui ? C'est très surprenant ça;) 

Et que si j'étais intéressée, ses filles cherchaient à faire des baby sitting !
Je m'empressai de noter son numéro en attendant de voir la suite…
Je ne fus pas déçue, le surlendemain, Madeleine à nouveau souffrante ne pouvait honorer son engagement !

Je la remerciai par sms et m'empressai de contacter les filles de la dame rencontrée plus tôt sur la plage !

J'aurais pu enfin aspirer à un peu de tranquillité si…..le jour même je n'avais pas vu Madeleine, seins nus, sautant dans les vagues !

Je venais définitivement de passer de l'autre côté :

celui des vieux qu'on prend pour des cons !

 

 

Leave a Reply